Jeudi 10 décembre 2020

Faire mémoire, une ressource spirituelle (Esaïe 63,7-16)


Lire le texte

Pour sortir des ornières et retrouver un chemin vers Dieu, notre tradition biblique a le trésor de la mémoire. Se souvenir des bienfaits de Dieu dans l’histoire biblique et dans notre histoire personnelle n’est pas à comprendre comme une nostalgie ou un retour en arrière. C’est plutôt aller puiser les forces, la conscience, la confiance que Dieu a été là et qu’il sera là, quoi qu’il arrive. Perdre le fil de la mémoire, comme peuple croyant ou comme individu, c’est perdre notre racine et la compréhension que nous avons de nous-mêmes, celle que nous recevons à travers les générations. La redécouvrir, la désensabler, la réactiver ouvre des chemins nouveaux, inattendus, gorgés de sens et de potentiels pour l’avenir. Se souvenir de la sortie du peuple hébreu hors de l’esclavage du temps de Moïse, c’est se rendre contemporain de cette libération dans notre existence actuelle; c’est faire route avec eux, avec elles dans les épreuves du désert, dans les doutes, les remises en question, dans les découvertes de la présence aimante de Dieu et de la naissance à notre identité: nous sommes quelqu’un face au Divin, qui se révèle comme une question et un au-delà de soi. S’ancrer dans cette histoire qui nous précède nous conduit au Dieu qui nous sauve aujourd’hui, notre Rédempteur.

Laurence Mottier-Cochet

Prière: Seigneur, nourris notre mémoire et enracine-nous dans cette vaste histoire qui nous porte. Donne-nous de célébrer ta fidélité et de transmettre la bonne nouvelle: tu es un Dieu qui vient.  

Référence biblique : Esaïe 63, 7 - 16

Commentaire du 11.12.2020
Commentaire du 09.12.2020